Culture et tourisme de mémoire

L’Allier, département central de la France où se situe la propriété Fougis, a enregistré 6,8 millions de nuitées de touristes en 2017. La région provinciale présente entre autres les points d’intérêt suivants :
47 châteaux ouverts à la visite
75 musées et expositions permanentes
Villages romains, médiévaux et Renaissance pittoresques
Vichy, célèbre ville thermale européenne avec trois spas publics et sources chaudes

 

Chaque année, le « tourisme de mémoire » attire environ 12 millions de touristes en France pour visiter des sites culturels et historiques.

L’installation de l’exposition Engelbrecht, artiste Allemand né en 1928, à l’endroit même de l’ancienne frontière entre “France libre” et “France occupée”, s’est faite en conscience d’une vielle blessure qui a affecté les populations de ces deux pays, d’un sens de responsabilité et d’un questionnement sur la possibilité de pardon. Appréhender les expériences des soldats de la Seconde Guerre mondiale peut se rapporter au thème particulier du tourisme de mémoire . Le parc des Fougis, c’est aussi le travail de mémoire d’un enfant soldat allemand, original à cet égard. Même s’il n’a pas dû combattre directement la France, les œuvres d’art exposées à Thionne trouvent leur origine en quelque sorte dans l’esprit traumatisée d’un adolescent allemand, voyant ses jeunes camarades mourir dans une terrible guerre mondiale sans espoir.

 

Les traumatismes de la Seconde Guerre mondiale
(Photo : Erich Engelbrecht (au centre) en 1944, affecté à la défense d’un viaduc ferroviaire avec ses camarades de classe. Ils portent des sabots de bois. Pendant une pause, les élèves étudient leurs manuels scolaires au soleil.)
Enrôlé dans l’armée allemande à 14 ans, Erich Engelbrecht est affecté pendant deux ans sous commandement nazi à différents fronts intérieurs. Le 8 mai 1945, à la fin de la guerre, Engelbrecht n’avait encore que 16 ans ; les lourds traumatismes causé par le spectacle des morts absurdes auxquelles il a assisté au cours des bombardement aériens resurgiront régulièrement dans ses reflexions et seront intégrés à sa démarche de création artistique .

 

Le département de l’Allier possède déjà un musée remarquable traitant du thème de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale : le musée de la Résistance de Montluçon.
Il y a sans doute un enseignement complémentaire à proposer au public – depuis les écoliers bourbonnais jusqu’aux touristes étrangers plus âgés – sur l’expression artistique issue du traumatisme de ces jeunes générations combattantes (Le mouvement Dada, P. Picasso, S. Zweig, J. Beuys, M. Lupertz, etc … ) et sur l’universalité de la souffrance en temps de guerre.